Le billet “Injection publicitaire et traditionnel vs numérique” a originalement paru sur TitanInteractif.com le 14 mai dernier.

Lundi le 12 mai, j’étais (Samuel Parent, formateur en marketing numérique) de passage à Techno Pour Tous à TVA Argent avec Lynn St-Laurent pour discuter des grandes différences de base entre le marketing et la publicité traditionnelle et celle en ligne.

Procédez à la moitié de la vidéo (minute 6) pour le sujet en question.

3 DIFFÉRENCES ENTRE LE TRADITIONNEL ET LE NUMÉRIQUE

Il y a 3 importantes différences entre le marketing et la publicité numérique, donc sur internet via ordinateur, mobile et tablettes, et celle faites traditionnellement en télévision, radio, affichage, magazines et quotidiens.

  1. Fragmentation : la multiplication des possibilités en modèles tarifaires, formats publicitaires, environnements éditoriaux, plateformes technologiques et options de ciblage publicitaire
  2. Mesurabilité accru : analytiques, serveur publicitaire, sondages externes et autres sources – toutes bonnes pour chacune leur raisons
  3. L’interaction et le dialogue. Aucun autre média ne permet à l’usager d’interagir avec la publicité sans avoir à quitter son expérience média

Pour plus de détails sur les différences, un billet précédent les expliquait plus en détail ou encore inscrivez-vous au module #1 de ma formation en ligne pour l’explication en vidéo – ce module est gratuit!

Un nouveau module s’est ajouté à ma formation en ligne (eLearning) le 25 mai dernier. Ce nouveau module de cours porte sur le ciblage publicitaire numérique, il dure 55 minutes en format vidéo. On peut le retrouver sur ma plateforme de cours en ligne sur TalentLMS.

Ciblage en ligne, qu’y-a-t-il à apprendre?

Le ciblage publicitaire numériqueCette formation explore les bénéfices et pièges des diverses options de ciblage publicitaires offert en ligne et sur mobile. Une à une, chacune est expliqué (à quoi ça sert et comment ça fonctionne).

Si vous suivez mon blogue à TitanInteractif.com, vous avez probablement déjà remarqué des billets sur certaines options de ciblage. En effet, j’ai publicité une série complète sur le sujet en 2012. Elle est disponible ici. La formation que je vous propose maintenant part de ces billet et ajoutes toutes les nouvelles options, avec des comment faire et toutes les nouveautés depuis.

Pourquoi cibler en ligne?

Nous commençons avec les questions à se poser avant d’appliquer une option de ciblage afin de s’assurer de ne pas trop cibler. Vous verrez quelques statistiques sur l’usage courant au Canada des options disponibles. Vous verrez aussi des définitions importantes pour comprendre quel rôle certains mécanismes jouent dans la mesure et le suivi du ciblage. Savez-vous vraiment ce qu’est une adresse IP, un fichier témoin (cookie), l’IDFA, AndroitID, une adresse MAC, le fingerprinting et la reconnaissance d’appareil?

Géociblage

Savez-vous vraiment comment cela se fait? Avez-vous une idée à quel poin cet option de ciblage est imprécis? Comment change-t-elle lorsqu’on l’applique sur mobile? Vous verrez quels sont les nombreux pièges et comment bien le faire.

Autres options de ciblage de base

Il y a plusieurs autres options de ciblage qui sont disponible de base avec la grande majorité des serveurs publicitaires. Celles-ci incluent le ciblage démographique, contextuel, par mots clés, le ciblage négatif, par bloc horaires, séquentiel, et avec le cap de fréquence. Pour chacune, vous verrez comment elles sont réalisées, pourquoi on s’en sert et quels sont les pièges à éviter.

Ciblage comportemental

Savez-vous qui vous ciblez lorsque vous employez le ciblage comportemental? Il y a de nombreux astuces et bonnes pratiques à appliquer. Tout aussi important sont les questions éthiques et légales à tenir compte car il ne faut pas faire peur au consommateur, ni contrevenir à l’autoréglementation en place. Il y a aussi les versions plus avancé du comportemental tel l’intention d’achat et le ciblage prédictif.

Ciblage par profile

Semblable au ciblage comportemental pour le consommateur, le ciblage par profile est en réalité techniquement et légalement bien différente pour l’entreprise annonceur. La loi à respecter ici, la connaissez-vous? Avez-vous songé aux options plus poussé du ciblage par profile, tel les achats passés, ou encore de croiser les données de profile aux données comportementales pour cibler des semblables?

Le reciblage

Presque tous les entreprises ont fait, ou font, du reciblage. Mais le faites-vous comme il faut? Le faites-vous de façon optimale? Il y a moyen sans se compliquer la vie. Cette formation vous présentera étape par étape comment le faire dans AdWords avec Google Analytiques, et avec d’autres technologies.

 

Inscrivez-vous par ici pour suivre cette formation de 55 minutes pour 49 $.

Ce cours est applicable au 1% en formation auprès de Revenu Québec, accrédité par la Commission des Partenaires du Marché du Travail du Québec.

Pour mieux comprendre comment ceci s’insère dans mon curriculum de formation, consultez la page explicative ici.

Y’a-t-il, en marketing ou en publicité, une vrai différence entre les médias traditionnels et le numérique?

À la base, le numérique n’a pas changé le modèle marketing AIDA : attention, intérêt, désire et action. Donc ça change quoi?

La réponse est OUI . Sans aucun doute. À plusieurs niveaux nous retrouvons des différences significatives. Il est important de les connaitre et de les comprendre pour toujours bien mettre les opportunités devant nous en perspective.

Pourquoi y’a-t-il des différences?

Le numérique génère un “brouillage du terrain de jeu médiatique”. Il devient difficile de distinguer entre annonceurs et médias. Par exemple, hors ligne, Walmart est un magasin et un annonceur qui achète de la publicité pour mener les gens dans ses magasins. Ce n’est pas un « média ». Mais en ligne, le site de Walmart est un commerce en ligne, il est un annonceur, ET on retrouve des publicités sous forme de bannières sur le site du marchand. Il est donc aussi un média? Plusieurs des grands médias hors-ligne (télé, radio, journaux, magazines) ont en ligne une version de leur média, mais certains ont aussi une boutique transactionnelle. Cela fait-il d’eux aussi des annonceurs?

Comme je dis, le terrain de jeu se brouille.

Quelles sont ces différences?

1- La multiplication des possibilités ou fragmentation.

Le numérique multiplie les possibilités d’environnements de contenus contre lesquels présenter nos publicités : sites de nouvelles, de sports, de recettes, spécifiquement vidéo, réseaux sociaux, ou encore moteurs de recherche.  Ceci peut s’apparenter en parti aux différents genres de médias hors ligne, ou encore des différents genres d’émissions – mais à quoi s’apparentent les médias sociaux?

Le numérique multiplie les plateformes technologiques. Hors ligne, un magazine c’est un cahier en papier, la télévision se regarde avec un téléviseur, etc. Mais en ligne, le web se consulte avec un ordinateur, un appareil téléphonique intelligent, une tablette, une télévision intelligente, une console de jeux vidéo et maintenant une montre intelligente.

Le numérique multiplie les modèles tarifaires pour la vente ou l’achat de publicité. Hors ligne, chaque média a de 1 à 3 différents modèles tarifaires qui peuvent être employés, mais d’habitude, un annonceur en choisi un pour un média et ne change pas trop les choses. En ligne, on voit fréquemment des campagnes employant 2-3 différents modèles tarifaires pour atteindre différents buts, ou à cause de l’offre. Ce sont 2-3 parmi plus d’une dizaine qui incluent tous les modèles traditionnels.

Le numérique multiplie les options de ciblage publicitaire. Hors ligne, le ciblage est relativement simple, on choisit un média de par sa portée géographique et le profile socio démographique de son audience (soit au complet ou une émission, section). En ligne, il y a plus de 10 distinctes options de ciblage publicitaires variant du très banal bloc horaire au très avancé ciblage d’intention d’achat.

Le numérique multiplie les formats publicitaires. Il y a plus d’une dizaine de formats de bannières pour affichage sur ordi, et semblable pour appareils mobiles. La vidéo publicitaire numérique est aussi disponible de nombreuses façons différentes. La publicité sur les moteurs de recherche prend divers formats et la publicité native ainsi que sur les médias sociaux prend encore d’autres formes que nous inventons encore aujourd’hui.

2- La mesurabilité accrue

Le numérique rend TOUT mesurable. Tellement qu’on peut en perdre son latin.  Bien comprendre et connaitre les diverses sources et méthodes de mesure mène à une des clés du succès en ligne.

3- Interaction et dialogue

Le créatif publicitaire numérique offre une possibilité que les médias hors ligne sont incapables d’offrir. Je parle de la possibilité d’une interaction entre la marque et le consommateur dans la publicité présenté. Ceci sans tenir compte que le consommateur peut aussi cliquer ou pas sur la pub.

L’interaction peut prendre plusieurs formes d’une extension pour présenter plus de contenus, à des contenus vidéo, photos, textes, jeux ou formulaires à même la publicitaire. Beaucoup peu se faire dans une bannière sans cliquer pour visiter le site du client. C’est comme rencontrer un représentant dans une foire ou feuilleter une circulaire à la maison : ça peut piquer la curiosité, ça peut donner le goût d’acheter, mais ce n’est pas imposant comme expérience.

Quelles implications ont ces différences?

Bien faire dans le monde numérique requiert plus de connaissances et de formation que dans le monde traditionnel. Je ne cherche pas à diminuer les médias traditionnels  ou dire qu’ils sont faciles – loin de là. Les médias traditionnels seront encore avec nous encore longtemps, mais le numérique est davantage plus compliqué que le traditionnel.

Voici entre autre ce que vous verrez dans le tout premier module de formation en ligne offert par Titan Interactif Formation. Ce premier module est gratuit!